Le rêve américain d'Etienne Cabet ou quand l'utopie politique rencontre le bibliophile.

[Biller publié pour la première fois le 20 novembre 2009 dans le Bibliomane moderne] Un matin vous vous réveillez avec des désirs d'ailleurs, des envies d'autres choses, des tristesses sur le monde qui vous entoure, vous ne savez plus très bien où vous en êtes, vous êtes citoyen d'un monde qui ne vous convient pas, et pourtant vous devez poursuivre votre route. Certains continuent, malgré tout, d'autres changent de voie, s'essayent à de nouvelles conceptions de la société des hommes. Vous êtes bibliophile, Etienne Cabet était un théoricien politique, et pourtant, les deux ne sont pas incompatibles. L'humanité est soluble dans l'utopie ! Cabet l'a prouvé, ne serait-ce qu'un instant. Etienne

Octave Uzanne et le livre à l’Exposition Universelle de Paris en 1889 : les relieurs d’art.

[Article publié pour la première fois le 17 janvier 2012 sur le site www.octaveuzanne.com] Revue de l'Exposition de 1889 2 volumes in-folio. Ici en reliure plein maroquin janséniste signée Marius Michel. L’Exposition Universelle, qui vit naître au public la Dame de fer, cette monstrueuse tour Eiffel, si décriée et maudite par Guy de Maupassant qui préfèrera partir en voyage plutôt que d’en supporter la vue plus longtemps, s’est déroulée du 6 mai au 31 octobre 1889. Elle occupe cinquante hectares dans Paris : le Champ de Mars et le Trocadéro qui accueillent l’art et l’industrie aux pieds de cette tour de fer que tout le monde admire ou déteste déjà. Qui pouvait nous décrire avec autant de

Antoine-Marie-Henri Boulard (1754-1825) : Un bibliomane conservateur !

[Billet publié pour la première fois le 23 octobre 2008 dans le Bibliomane moderne] On peut lire dans la rubrique « Chronique du livre » de la revue Le Livre dirigée par Octave Uzanne, pour l’année 1881 : « Nous recevons de notre savant collaborateur Gustave Brunet, de Bordeaux, les détails suivants sur le Bibliomane Boulard. Il nous semble que maintenant la question est épuisée et que chacun se déclarera satisfait : Vous réclamez, dans la dernière livraison du Livre, p. 120, quelques renseignements sur le bibliomane Boulard, «si peu connu de notre génération» : Antoine-Marie-Henri Boulard, né à Paris le 5 septembre 1754, mourut dans la même ville le 6 mai 1825. Il fut notaire, maire du 10e

Prospectus pour La Table Parlante Journal des Faits Merveilleux (1854). Retour sur un phénomène para

Voici ce qu'on appelle un éphémère (pas de ceux que je traque pour mettre dans ma boîte à mouches naturelles afin de tromper miss fario les jours de grand soleil de mai), non, éphémère papier ou encore ephemera, du genre de papier qu'on ne conserve pas, du genre de papiers qu'on jette une fois lus. Il faut en effet beaucoup de chance et de hasard pour tomber sur ce genre de document insignifiant du point de vue du nombre de pages et du volume, si importants du point de vue de la bibliographie et de l'étude des vieilles publications. Voici donc un spécimen extra ordinaire (de extra = super et de ordinaire = pas commun) donc super pas commun. Mais qu'est-ce donc ? En voici le titre : LA TABL

La bibliothèque Félix Solar (1860-1861) vue par le Bibliophile Jacob.

[Billet publié pour la première fois le 25 septembre 2008 dans la Bibliomane moderne] Plutôt que de réécrire ce qui a déjà été fort bien écrit il est préférable et beaucoup plus agréable de lire l’avis d’un amateur de livres plus qu’éclairé, dans le texte. Page de titre de la première partie du catalogue F. Solar (livres imprimés) C’est à Paul Lacroix, dit le Bibliophile Jacob (1), que nous devons les pages suivantes. Elles servent d’introduction au catalogue de la vente des livres de la bibliothèque de M. Félix Solar. C’est un plaisir pour le bibliophile que de déguster ces précieuses lignes. Je vous laisse gouter… Page de titre de la deuxième partie du catalogue F. Solar (manuscrits et a

Le pauvre bouquiniste Debas (1812-1891)

[Billet publié pour la première fois le 26 septembre 2008 dans le Bibliomane moderne] Illustration gravée sur bois par Emile Mas pour la Physiologie des quais de Paris d'Octave Uzanne, 1893. Les pérégrinations d’Octave Uzanne le long des quais de Seine à la recherche du livre rare ou de la petite plaquette introuvable devaient faire plaisir à voir dans les années 1875-1890. Dans son livre sur les bouquinistes et les bouquineurs des quais de Paris, publié en 1893, à travers une anecdote il nous esquisse un portrait du bouquiniste Debas. C’est Anatole France qui consacre à cette figure des quais un chapitre entier dans son Pierre Nozière. Anatole France, sensible au livre et à la bouquinerie,

Le baron James de Rothschild (1844-1881).

[Billet publié pour la première fois le 11 septembre 2008 sur le Bibliomane moderne] Le Baron James de Rothschild Chers amis bibliomanes, bibliophiles, etc. Je vous propose aujourd’hui la lecture d’une intéressante petite plaquette donnée par les libraires Damascène Morgand et Charles Fatout à l’occasion du décès en octobre 1881 du baron James de Rothschild, célèbre bibliophile de son temps. Voici : Le Baron James de Rothschild(1). Depuis la publication de notre dernier Bulletin mensuel(2), tous les amis des livres ont appris la mort prématurée du baron James de Rothschild. Nous avons cru qu’il nous serait permis de conserver son souvenir. Nous avons fait graver son portrait par l’un de nos

Paul Lacroix dit le Bibliophile Jacob et les livres (suite et fin).

[Billet publié pour la première fois le 25 octobre 2008 dans le Bibliomane moderne] Un liseur au XVIIIe siècle. Estampe en couleurs fin XIXe s. Suite et fin de l'introduction au catalogue de la librairie Auguste Fontaine 1878-1879 par le Bibliophile Jacob. "Je reviens à vous, chers et honorés bibliophiles, et je me permets, après avoir lu et relu le Catalogue de M. A. Fontaine, lequel est fait à votre intention, de vous classer en différentes catégories, qui correspondent exactement aux différentes espèces de beaux livres qu'on vous offre dans ce Catalogue rempli de tentations et de séductions bibliographiques. Il faut d'abord diviser tous les bibliophiles, dignes de cette noblesse de n

Paul Lacroix dit le Bibliophile Jacob (1806-1884) et l'amour des livres

[Billet publié pour la première fois le 24 octobre 2008 dans le Bibliomane moderne] Vous vous demandiez peut-être pourquoi Paul Lacroix était surnommé le bibliophile Jacob ? Eh bien en lisant les lignes qui suivent vous comprendrez tout son amour des livres, sa vision de la bibliophilie, évidemment propre au XIXe siècle. Le Bibliophile Jacob est sans doute un de ceux qui a su le mieux parler des vieux livres. Le texte qui suit est l’introduction au catalogue de livres anciens et modernes rares et curieux de la librairie Auguste Fontaine pour les années 1878-1879. Je vous laisse apprécier : " Depuis que M. A. Fontaine a pris l'habitude d'offrir, chaque année, aux bibliophiles un ample et

Restons sur les quais : La gent bouquinière. Esquisse parisienne (1876)

[Billet initialement publié dans le Bibliomane moderne le 27 septembre 2008] Carte postale ancienne - Les quais à Paris, vers 1930 Chers toqués ! Chers lucides ! Chers extra-lucides ! Si d’aventures lorsque vous allez à pieds dans une salle des ventes pour y acquérir un beau livre depuis longtemps convoité vous manquez de vous faire renverser au premier feu rouge par une automobile… c’est normal ! Si la nuit vous ne comptez pas les moutons mais plutôt vos Petites Républiques elzéviriennes en maroquin du levant… rien de grave ! Si votre épouse vous reprend parce que vous ne l’écoutez pas toujours avec l’attention due à son rang (d’épouse… et/ou de femme…), parce que vous pensiez simplement à

Quelques silhouettes des quais par Charles Dodeman (1920) - Première partie

[Billet initialement publié dans le Bibliomane moderne le 19 octobre 2008] Dessin au trait par Albert Robida pour "Le long des quais" de Charles Dodeman (1920) Voici donc quelques silhouettes de bouquineurs, croquées au passage, en deux coups de plume. (1) On a rencontré, au quai Conti, pendant de longues années, Paul Lacroix (le Bibliophile Jacob), l'Académicien Xavier Marmier qui ne pouvait supporter que ses œuvres traînassent dans les boîtes, l'avocat Fontaine, personnage légendaire, qui recherchait les discours académiques et racontait aux bouquinistes des historiettes interminables. C'était un causeur intarissable et spirituel. M. Bobin, ancien chef de bureau au Ministère de la Guer

Le mystérieux Menon et ses livres de cuisine vous invitent à réveillonner à l'ancienne (1749-175

[Billet initialement publié dans le Bibliomane moderne le soir du 31 décembre 2008] Réveillon de la Saint Sylvestre oblige, le billet de ce soir est consacré à l'un de nos plus renommé auteur culinaire du XVIIIe siècle. Auteur dont on ne sait rien ou presque, mais dont on connait au moins le paraphe puisqu'il est apposé en gage d'authenticité sur plusieurs premières éditions de ces ouvrages de cuisine, notamment sur l'édition originale de "La science du maître d'hôtel cuisinier" (1749), où l'on trouve sa signature autographe au feuillet 1 comme c'est d'ailleurs annoncé à la page xxxij de l' "Avis à ceux qui voudront faire usage de ce livre". Vous pouvez la découvrir ci-dessous : Cet avis est

François Malherbe (1555-1628) bibliophile, par Hector Lefuel (1925)

Dans la quête effrénée du bibliophile-bibliomane, celui qui aime humer le vieux texte autant que le lire, au bout du chemin des grandes éditions originales, des beaux livres illustrés, des grandes séries bien reliées en 20 volumes, ce qui va manquer inévitablement c’est la petite plaquette de 20 pages devenue introuvable. Le plus souvent tirée à très petit nombre, soit feuille volante n’ayant pas été bien conservée au fil des siècles. Ce sont ces viles brochures en feuilles, ces petits papiers de rien que le bibliophile recherchera alors avidement après avoir goulument assouvi ses désirs de « biens beaux livres ». C’est le cas de cette mince plaquette in-folio (32 x 20 cm) de 15 pages. Intit

Dessin original d'une couverture de Marius Perret, destiné à un ouvrage non paru d'Octave Uz

Note autographe d'Octave Uzanne au verso du dessin. Dessin original d'une couverture de Marius Perret, destiné à un ouvrage non paru d'Octave Uzanne en 1880. (*) Collection Raffaele Malerba (*) Ce dessin original par Marius Perret m'a été transmis par Raffaele Malerba, bibliophile, qui détient précieusement dans sa bibliothèque cet inédit très important. En effet, c'est en 1880 qu'Octave Uzanne publie Voyage autour de sa chambre, un récit hautement morbide dans lequel l'auteur décrit sa visite dans la chambre de sa défunte maîtresse. Comme nous l'avions dit, c'est Octave Uzanne lui-même qu'il faut reconnaître dans le rôle de l'amant malheureux. Ce frontispice pour des Mémoires d'un Suicidé v

Anecdotiana du Bibliomane moderne : Une lettre surprenante du jeune Marcel Proust (18 mai 1888). &qu

On est inconséquent quand on a 17 ans ! C'est ce qu'aurait dû se dire le jeune Marcel Proust avant d'écrire de la sorte à son cher petit grand père ... J'ai toujours pensé que la vie n'était pas très sérieuse ; qu'il y avait forcément quelque chose de louche à vouloir nous faire suivre un chemin les yeux bandés, sans savoir où, quand, qui, ou pourquoi. L'ombre des jeunes filles en fleurs, la recherche du temps perdu, les plaisirs et les jours, le temps retrouvé ... il n'y a bien dans tout ce fatras que le parfum des jeunes filles en fleurs à l'ombre du temps perdu que le jeune Marcel Proust n'aura guère goûté. J'ai toujours exécré les cours de français pendant lesquels ma professeure de

Octave Uzanne et Miss Mabel McIlvaine (28 janvier 1906). Uzanne choisit des étoffes japonaises pour

Doublure de la reliure exécutée par G. S. en 1908 étoffe de soie japonaise acheté par O. Uzanne pour Miss Mabel McIlvaine Coll. B. H.-R. Lettre autographe d'Octave Uzanne adressée à Miss Mabel McIlvaine (*), université de l'Illinois, Urbana (USA). Miss Mabel McIlvaine est la traductrice américaine de The french bookbinders of the eighteenth century by Octave Uzanne, publié en 1904 (Octave Uzanne a 53 ans) à Chicago par le Caxton Club en 1904. Ce volume de format in-4 est d'ailleurs assez difficile à trouver en France du fait de son impression outre-atlantique. Le texte a été imprimé à Chicago par R. R. Donnelley & Sons Company at the Lakeside Press, tandis que les illustrations hors-

Être bibliophile c'est aimer les livres. Être bibliophile c'est avant tout lire des livres.

Être bibliophile c'est aimer les livres. Être bibliophile c'est avant tout lire des livres. Si possible des livres qui vous apprennent quelque chose d'important. Voici la Conclusion du Triomphe des Dames publié en 1751 et attribué à Madeleine de Puisieux (1720-1798). Cet ouvrage pré-féministe est me semble-t-il, nonobstant les autres éditions qui ont pu être faites de ce texte en 1749 et 1750 (texte identique), l'un des plus beaux textes de l'époque des lumières, en ce milieu du XVIIIe siècle bercé entre l'Encyclopédie naissante et le Matérialisme débridé professé par les différentes écoles de pensées. J'ai pensé que le texte de cette Conclusion pré-féministe plairait à beaucoup, bibliophile

Les reliures en papier-cuir japonais : Amand pour exemple (vers 1880-1887), Octave Uzanne pour promo

Reliure en papier-cuir japonais signée Amand Cette reproduction de reliure (cartonnage serait le terme le plus judicieux) se trouve dans l'ouvrage d'Octave Uzanne : La reliure moderne, artistique et fantaisiste paru chez Edouard Rouveyre en 1887. L'exemplaire appartenait à la bibliothèque de M. Edouard Rouveyre lui-même, ami de l'auteur et qui s'est prêté au jeu de montrer au lecteur quelques unes des reliures novatrices posées sur ses propres rayonnages. Octave Uzanne possédait également ce type de reliure, au point qu'il en avait fait un véritable axe de recherche esthétique, le tout sous la main de l'habile relieur Amand. Dernièrement c'est la librairie Le Pas Sage qui s'est intéressé de

Bibliomane, Bibliomanie : Définition selon la très sainte Encyclopédie Catholique (1841).

Bibliomane, Bibliomanie. Ces deux mots expriment la fureur de posséder des livres, non pas tant pour s'instruire crue pour en repaitre sa vue et se féliciter de les avoir. Il y a des bibliomanes de plusieurs espèces : ceux qui achètent indistinctement tout ce qui leur vient sous la main, pour posséder beaucoup de livres ; puis ceux qui, pour se procurer des livres, s'attachent soit à une matière spéciale, soit à des conditions purement accidentelles, matérielles et nullement essentielles, telles que le luxe de l'édition, sa date, une faute d'impression qui constate sa rareté, les planches, les gravures, la reliure. On voit des bibliomanes rassembler à grands frais toutes les éditions d'un mê

Billets à l'affiche
Billets Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Instagram Social Icon

​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente