Pierre-Julien de Lanjuinais

Manuel des jeunes orateurs ou Tableau historique et méthodique de l'éloquence chez les Grecs, les Romains et les Français. Par Mr. de Lanjuinais, Pr. du Collège de Moudon.

A Moudon, chez la Société Typographique [ ], 1777

2 volumes in-12 (16,5 x 10 cm) de (2)-6-509 et (2)-522-(6) pages.

Reliure strictement de l'époque plein maroquin rouge, dos lisse richement ornés aux petits fers dorés, pièces de titre et tomaison de maroquin vert, triple-filet doré en encadrement des plats avec fleurette dorée dans les angles, roulette sur les coupes et en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier marbré, tranches dorées. Reliures parfaitement conservées telles que sortie de l'atelier du relieur à la fin du XVIIIe siècle. Intérieur immaculé. Superbe en tous points.

Édition originale et unique édition.

L'auteur est Pierre-Julien de Lanjuinais (1733-1804) souvent confondu son frère Joseph (1720-1785) ou avec son neveu le célèbre Jean-Denis Lanjuinais (1752-1827), acteur majeur de la révolution française (député pour la sénéchaussée de Rennes aux États généraux de 1789, puis député d'Ille-et-Vilaine à la Convention nationale, il poursuivra sa carrière politique comme sénateur du Premier Empire et membre de la Chambre des pairs sous la Restauration). La carrière de Pierre-Julien de Lanjuinais est nettement plus modeste mais non moins curieuse. En voici un aperçu.
Notre auteur est né à Pleumeleuc dans l’évêché de Saint-Malo, non loin de Rennes. Entré au monastère mauriste de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes à l'âge de 16 ans, il y fait ses études dans une ambiance janséniste. Il professe alors la philosophie et la théologie (1759-1761) au Mans. Une querelle avec les moines l'oblige à fuir. Il se rend à Lausanne. Pour pouvoir rester dans le Pays de Vaud il se convertit faussement au protestantisme. "Je n'adhère ni au fougueux Luther, ni à l'âme petite et cruelle de Calvin, ni d'aucun sectaire. La raison et ma conscience sont mes guides [...], écrit-il alors à son neveu Jean-Denis de Lanjuinais". Pierre-Julien de Lanjuinais s'attache alors à plusieurs grands et riches personnages (banquiers) du Pays de Vaud. Les aventures rocambolesques vont s'enchaîner : il met enceinte une veuve, Suzanne Descombes et est jugé et emprisonné 5 jours pour cela. Ils se marient (1766) pour effacer la faute et s'installent dans une maison à Lausanne. C'est en 1768 qu'il obtient le poste de Principal (directeur) du petit collège de Moudon. Cette fonction était jusque là remplie par l'un des pasteurs du collège. Le couple s'installe à Moudon et Lanjuinais y restera jusqu'à sa mort. Pour Lanjuinais Moudon est un "chétif village" avec "une méchante petite bourgeoisie". Lausanne, où il y a plus de trente millionnaires et plus de deux cente carrosses et des étrangers de toutes les nations, sera toujours sa préférence.
En 1774 il publie un livre qui fera du bruit pour longtemps et qui sera condamné et brûlé en France : Le Monarque accompli est un panégyrique de Joseph II de Lorraine empereur et chef de la maison d'Autriche. Sous cette flatterie à l'adresse d'un des puissants de l'Europe, Lanjuinais s'attaque indirectement mais clairement à la monarchie française. Son ouvrage est jugé subversif en plusieurs points. On reproche à Lanjuinais d'adopter les doctrines sociales extrêmes, de nier le caractère sacré la monarchie et de proclamer sans s'en cacher le devoir de désobéissance à une autorité injuste. Le système politique proposé par Lanjuinais est contenu dans cette formule d'Antoine-Léonard Thomas : "ce despotisme heureux de la vertu qui veut commander seule et sans partage, sous l'empire des lois, pour arracher les peuples à l'empire des tyrans subalternes". La religion catholique y est présentée comme un amas fastidieux de superstition soutenue par des soldats fanatiques. Le Monarque accompli est brûlé en 1776. Plusieurs contrefaçons en assureront la diffusion dans les années suivantes. Robert Darnton indique que Le Monarque accompli figure parmi les best-sellers prohibés de la France pré-révolutionnaire. Le Monarque accompli avait été imprimé à Lausanne chez Heubach sans que Lanjuinais n'en retire aucun bénéfice. Par ailleurs Lanjuinais qui pensait pouvoir présenter son livre à Joseph II en personne se voit rejeté dans sa demande. C'est l'humiliation.

Arrive ensuite son Manuel des jeunes orateurs ou Tableau historique et méthodique de l'éloquence chez les Grecs, les Romains et les Français (1777). Cet ouvrage aujourd'hui très méconnu et devenu fort rare (plus rare que le Monarque accompli) est pourtant très intéressant à plusieurs titres. Tout d'abord il s'agit d'une production de la très éphémère "Société Typographique" à Moudon (Suisse, Canton de Vaud) active seulement entre 1777 et 1780. "Constatant que seuls les libraires tirent parti de sa production littéraure, Lanjuinais est au cours de cette année (1777) à l'origine de l'installation dans l'ancienne capitale du Pays de Vaud de l'imprimeur Henri Vincent. La Société typographique de Moudon est constituée. Le Principal du Collège de Moudon y met le peu qu'il a et trouve le moyen d'intéresser la bourse de quelques seigneurs de l'Etat. [...] Toujours en 1777, la Société typographique imprime le Manuel des jeunes orateurs ou Tableau historique et méthodique de l'éloquence chez les Grecs, les Romains et les Français. Mais ces deux volumes apolitiques ne se vendront pas. [...]. Quelques rares autres ouvrages (surtout religieux) sortiront de cette "presse privée" éphémère. L'avenir de La Société Typographique de Moudon apparaît sans issue. En 1780 l'imprimeur Henri Vincent part s'installer à Lausanne avec son matériel. Lanjuinais donne un autre texte la même année : Soliloques ou lamentations du docteur Dodd dans sa prison, etc. Ce texte est politique. Lanjuinais cherchera à former une société avec Diderot pour imprimer des ouvrages, sans succès. Endetté, il joue à l'agent secret et trempe dans une ténébreuse affaire de fausses lettres. Pour finir, aigri de tout, ruiné, pauvre à mourir et toujours Principal du petit collège de Moudon pourtant, Lanjuinais s'en prend maintenant à Joseph II et à Marie-Antoinette (Supplément à l'Espion anglais, 1781).
Des années 1784 à sa mort en 1804, Lanjuinais sera enchaîné aux tracasseries financières et familiales. Pendant la révolution, bien que malmené à son poste de Principal du collège de Moudon par une faction jacobine, il reste en place mais n'est plus payé. Il meurt à l'âge de 70 ans le 9 octobre 1804. Un ultramontain du XIXe siècle a dit de lui qu'il pouvait être comparé à un serpent. Il fut, d'après ses textes, un "ami des humbles et des opprimés" (notice condensée en partie d'après l'article de Peter Genner, Pierre-Julien de Lanjuinais, panégyriste de Joseph II, in Revue historique vaudoise, 2008).

Les 6 pages de "Plan raisonné de cet ouvrage" qui se trouvent en tête du premier volume montrent assez le ton général de l'auteur.

Aucun exemplaire n'est actuellement proposé sur les bases de données de livres rares (en ligne au 23 septembre 2019).

Superbe exemplaire parfaitement relié à l'époque en maroquin de cette rare impression moudonnaise.

Lanjuinais. Manuel des jeunes orateurs ou Tableau historique etc. 1777. Maroquin

    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente