Gustave Guiches. Félicien Rops.

La pudeur de Sodome. Frontispice gravé à l'eau-forte par Félicien Rops.

Paris, Maison Quantin, 1888

1 volume in-folio (33,5 x 24 cm) de (6)-46-(1) pages. Frontispice à l'eau-forte (vernis mou et pointe sèche) par Félicien Rops.

Cartonnage bradel demi-toile caramel. Pièce de titre absente, dos légèrement frotté par endroits, coins usés, reliure solide. Intérieur frais, relié sur brochure. Les deux plats de couverture en parchemin végétal ont été conservés en très bon état (le premier plat est imprimé du titre en lettres dorées).

Édition originale.

Tirage limité à 325 exemplaires sur papier de Hollande et 22 exemplaires sur papier impérial du Japon.

Celui-ci, un des très rares 22 exemplaires de tête sur papier impérial du Japon, avec deux épreuves du frontispice (sur Japon et sur Hollande).

Cet ouvrage a été dédié à Monsieur Joris-Karl Juysmans par l'auteur (dédicace imprimée placée en tête du texte de l'ouvrage). C'est le troisième ouvrage de l'auteur. Le texte de la Pudeur de Sodome avait paru en février 1888 dans la Revue indépendante.

"Le jeune romancier, auteur de Céleste Prudhommat, a, dans cet ouvrage de pure archéologie littéraire, fait montre d'un puissant talent descriptif et il a su rester biblique avec grandeur, sans rechercher la peinture des aberrations passionnelles de la cité maudite. Félicien Rops a frontispicé ou plutôt culispicé ce livre d'une eau-forte magistrale, qui éclate sous le faux-titre avec une allure énigmatique et un dessin d'une science achevée." (Octave Uzanne, Le Livre, 1888).

Cet ouvrage raconte le récit de deux cités situées au Moyen-Orient, Sodome et Gomorrhe. Ce texte reprend les éléments du récit initial qui provient de l’Ancien Testament. Rops nous plonge en Orient, dans cette époque fantasmée et imaginaire, par les nombreux éléments égyptiannisants de la scène. (Musée Rops à Namur).

"L'oeuvre de Rops est d'une colossale puissance, et tout ce qui surgits de symbole autour de ce Moloch du pharisaïsme est d'une incroyable grandeur" (Gustave Guiches, Au banquet de la vie, 1925).

"Ce sera la plus monstrueuse apologie qui ait été faite de la pudeur !" (Félicien Rops à Gustave Guiches, propos rapportés dans Au banquet de la vie, 1925).

Provenance : cachet encré rouge de collectionneur non identifié (caractère probablement japonais).

Très rare tirage.

Gustave Guiches. La pudeur de Sodome (1888). 1/22 ex. Japon. Rarissime

€1,800.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente