Gabrielle Sand (1868-1909) Petite-fille de George Sand

 

Lettre autographe signée à une dame, 2 pages et 2 lignes.

 

Papier à en-tête du Château de Nohant, Nohant-Vic-Indre

 

21 août [?] Madame, je m'excuse vivement de vous renvoyer une lettre ouverte qui m'a été remise par le facteur. Bien qu'il y ait

sur l'enveloppe un nom de moi inconnu, voyant "Maison George Sand" j'ai pensé à une mystification et j'ai osé ouvrir. Je suppose,

Madame, que vous m'excuserez et je crois que vous habitez à Gargilesse la maison que ma grand-mère a possédé pendant quelques

années. Je l'ignore, mais selon ma supposition, je ne vois pas d'autre solution. Veuillez agréer, madame, de nouveau avec toutes mes excuses pour

mon indiscrétion bien involontaire, l'expression de mes sentiments distingués. [signé] Gabrielle Sand.

 

« Mon bonhomme, nous voilà à Nohant sans nous être arrêtés à Paris plus d’un jour, car nous y avons reçu la bonne nouvelle de la naissance d’une 2de fillette […]. Nous avons donc pris le premier train disponible et ajouté une nuit de chemin de fer aux vingt-quatre heures de Toulon à Paris. Arrivés ici avant-hier matin, nous avons trouvé la besogne très bien faite. La petite mère qui n’a souffert que 2 h[eures] et qui se porte on ne peut mieux, la petite fille bien venue à terme et très belle, Aurore en extase devant sa petite sœur, et la bonne Mme Ludre au chevet de Lina. Calamatta est arrivé ce matin. Tout le monde est enchanté et surpris de l’arrivée de Mlle Gabrielle qui est brune et forte comme était son aînée. » (Lettre de George Sand à Emile Aucante, du 16 mars 1868.) La petite-fille de l’écrivain berrichon grandit au sein d’une famille unie. Mariée en 1890 à un professeur de dessin italien, elle le quitte quatre ans plus tard, ne supportant plus sa jalousie et sa violence. Profondément attachée au Berry, elle revient alors vivre dans ce Nohant qu’elle aime tant. Mais le 27 juin 1909, la maladie emporte Gabrielle Sand qui s’éteint dans sa belle chambre d’inspiration chinoise, au château familial. Celle que George Sand appelait affectueusement Titite n’avait que 41 ans… (extrait de Gabrielle Sand - Un ange de sérénité, biographie de Christophe Grandemange, éditions Alan Sutton, 2008).

Gabrielle Sand. Lettre autographe signée, à une dame (Nohant / Gargilesse).

    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente