Nicolas-Toussaint Des Essarts

Les Crimes de Robespierre et de ses principaux complices ; leur supplice ; la mort de Marat ; son apothéose ; le procès et le supplice de Charlotte Corday.

A Paris, chez Des Essarts, libraire, An V (1797) (de l'imprimerie de Delance, rue de la Harpe)

3 tomes reliés en 1 volume in-18 (13,5 x 8,5 cm) de (3)-126, 120 et 99-(8) pages. 4 portraits-frontispices en médaillon (Robespierre, Couthon, Charlotte Corday et Marat).

Reliure demi-cuir à coins du XIXe siècle très usagée (probablement une reliure anglaise). Intérieur avec des rousseurs. Papier de médiocre qualité. Complet.

Le premier tome contient le précis historique de la vie et des crimes de Robespierre. Le second tome contient le précis historique de la vie et des crimes de Couthon, Saint-Just, Payan, Henriot, Dumas, Fleuriot-Lescot, Coffinhal. Le troisième et dernier tome contient les crimes de Marat, le supplice de Charlotte Corday et l'apothéose de Marat et son jugement au tribunal de l'opinion publique.

L'auteur de ce texte dirigé contre Robespierre et ses complices, ainsi que contre Marat, était un libraire installé rue du Théâtre Français, au n°9, au coin de la Place, à Paris. On trouve d'ailleurs 5 pages de catalogue du fond de sa librairie reliés à la fin du volume. Il y vendait entre autres nouveautés à la mode des éditions des classiques et modernes (Racine, Voltaire, etc.). Nicolas-Toussaint Des Essarts (1744-1810) était natif de Coutances dans la Manche. Avocat de profession, il fut membre de la première assemblée électorale de Paris (octobre 1790). Devenu libraire il fut également l'auteur de plusieurs ouvrages juridiques et littéraires. On luit doit ce puissant Anti-Robespierre. "Je vais tracer l'histoire du plus hypocrite, du plus lâche et du plus féroce des montres qui ait paru sur la scène du monde pour le malheur de l'humanité. La postérité pourra-t-elle croire que la France ait gémi pendant dix-huit mois sous la verge de fer du plus vil des scélérats, sous l'exécrable tyrannie de Robespierre ? [...] Français ! hommes de toutes les nations ! ayez le courage de lire cette épouvantable histoire. Mettez ces leçons terribles du crime entre les mains de vos enfants, pour qu'elles inspirent à la postérité la plus reculée l'horreur de l'anarchie. [...]" (extrait de la préface par Des Essarts).

Robespierre fut condamné sans procès et guillotiné l'après-midi même du 10 thermidor (28 juillet 1794), sous les acclamations de la foule, en compagnie de vingt et un de ses amis politiques, dont Saint-Just et Couthon ainsi que son frère, Augustin Robespierre. Les vingt-deux têtes furent placées dans un coffre en bois, et les troncs rassemblés sur une charrette. On jeta le tout dans une fosse commune du cimetière des Errancis (aussi appelé cimetière de Monceau) et l’on répandit de la chaux, afin que le corps du « tyran » Robespierre ne laissât aucune trace. Le lendemain et le surlendemain, quatre-vingt-trois partisans de Robespierre furent également guillotinés. Une épitaphe posthume est imaginée par un anonyme à son sujet :Passant, ne t'apitoie pas sur mon sort  // Si j'étais vivant, tu serais mort. 

Cette édition complète en 3 tomes et ornée de 4 portraits des protagonistes de l'histoire semble assez rare. Il existe une édition portant le titre "La vie et les crimes de Robespierre etc." parue chez l'auteur et de l'imprimerie de Delance, portant la date de 1797 an V., avec mention de seconde édition. Cette seconde édition ne contient que le premier tome de notre édition (uniquement les crimes de Robespierre) sans les parties consacrée aux complices (Couthon, St Just, etc), à Marat et Charlotte Corday. Il existe encore d'autres éditions à la même date.

Exemplaire de travail de cet ouvrage passionnant.

Des Essarts. Les Crimes de Robespierre (1797). Couthon, Marat, Charlotte Corday

    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente