[Paul DUBÉ]

LE MÉDECIN DES PAUVRES, qui enseigne le moyen de guérir les maladies par des remèdes faciles à trouver dans le pays, et préparer à peu de frais par toutes sortes de personnes. Revue et augmentée en cette troisième édition de divers Traités, et particulièrement du Scorbut, avec le moyen de le connaître, le guérir, et s'en préserver. Par un Docteur en médecine.

A Paris, chez Edme Couterot, 1672

LE CHIRURGIEN DES PAUVRES, qui enseigne le moyen de guérir les maladies externes par remèdes faciles à trouver et préparer, en faveur de ceux qui sont éloignés des villes. Par un Docteur en médecine. Troisième édition.

A Paris, chez Edme Couterot, 1672

2 ouvrages reliés en 1 volume in-12 (14,5 x 9 cm) de (48)-392 et (28)-90-(1) pages. Frontispice gravé à l'eau-forte (dessiné par J. Fresne) placé en tête du volume et servant pour les deux titres réunis.

Reliure de l'époque plein parchemin souple. Titre manuscrit à la plume au dos (époque). Quelques taches à la reliure. Quelques mouillures claires sans gravité à l'intérieur. Très agréable exemplaire dans sa première reliure bien conservée.
 

Cet ouvrage a été publié pour la première fois en juin 1669. Il est l’œuvre d'un médecin de Montargis, Paul Dubé (1612?-1698). Si un païen comme Gallien se souciait des pauvres, écrit-il, c'est un devoir bien plus grand pour nous Chrétiens de nous pencher sur le sort des malheureux. Cet ouvrage sera réédité de nombreuses fois jusqu'au XVIIIe siècle. Bien évidemment on y retrouve tous les remèdes empiriques à base de plantes et minéraux tirés de la nature et utilisés de manière brute. Ce manuel intéressera grandement aujourd'hui tous les phytothérapeutes et naturopathes.


Dans Le père des pauvres, Jean-Claude Dubé présente la biographie de Paul Dubé, un médecin français du XVIIe siècle. Il y a d'abord à retenir la période d'études: à Paris, au collège de Boncourt, puis à Montpellier, où se trouvait une des plus dynamiques facultés de médecine de l'époque. Il passa la plus grande partie de sa vie, plus de 60 ans, dans la ville de Montargis et la région qui l'entourait, le Gâtinais. Sa bonne réputation lui attira une clientèle considérable - de toutes les classes de société - mais c'est sur l'aide aux pauvres de sa région, de la campagne comme de la ville, qu'il consacra la plus grande part de ses activités. Une longue carrière - il fut actif jusqu'à sa mort par une intense charité, une réputation qui dépassait même sa région - une activité d'écriture qui le fit connaître en haut lieu. (Le père des pauvres : Paul Dubé, médecin à Montargis au XVIIe siècle, par Jean-Claude Dubé. Presses de l'Université d'Ottawa, 2007).
 

AGRÉABLE EXEMPLAIRE EN CONDITION DU TEMPS.

Le Médecin et le Chirurgien des Pauvres par Dubé de Montargis (1672)

    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente