[Jean-Marie CHASSAIGNON]

CATARACTES DE L'IMAGINATION, Déluge de le Scribomanie, Vomissement Littéraire, Hémorragie Encyclopédique, Monstre des Montres, par Épiménide l'Inspiré.

Dans l'antre de Trophonius, au Pays des Visions, 1779 [Genève ?].

4 volumes in-12 (17 x 10 cm) de 363-(1) ; 338 ; 316 et 417 pages. Frontispice gravé à l'eau-forte aux tomes I et II (imprimés sur papier bleu).

Cartonnage plein papier à la colle bleu à l'imitation des cartonnages de l'époque. Petits coins de parchemin. Pièces de titre à l'encre sur papier aux dos. Les gardes blanches sont absentes. Bien complet de tous les faux-titres et des deux très-jolis frontispices. Très bon état de l'ensemble.

Édition originale rare et unique édition de cet ouvrage complètement "fou".

Tout a été écrit ou presque sur Jean-Marie Chassaignon (1743-1795), nous renverrons donc aux principales notices biographiques de référence, notamment à celle de Benoît Melançon publiée en mai 1998 (Tangence, Littérateurs atypiques et penseurs irréguliers, n°57 - publié sur Erudit.org).

"Mystique et instable" pour les uns, ce lyonnais de 44 ans donnait dans ces 4 volumes un ensemble de textes imbriqués et très compliqué à démêler. Benoît Melançon, de l'Université de Montréal, croit déceler chez Chassaignon un homme très érudit, nourri de ses très nombreuses lectures, cherchant à exposer aux lecteurs, selon son plan impénétrable, ses critiques, ses visions, ses sensations, toutes faites de l'ingestion et de la déjection de ses propres sensations. Cet ouvrage bizarre, produit par un cerveau en délire, comme l'écrivait Hoefer au XIXe siècle (Biographie Générale), porte en lui les germes du monde nouveau. Celui d'après les Lumières. Chez Chassaignon les Lumières étaient allumées au rouge sang, parfois noires comme la mort, clignotantes ou persistantes, mais jamais éteintes. En lire quelques passages permet de s'en convaincre rapidement.

Alors, Chassaignon malade mental ? A classer parmi les fous littéraires (ce qui a été fait) ; Chassaigné illuminé ? prophète ? lucide ? extra-lucide ? conscient de son état ? Ce qui est certain c'est qu'il laisse ici un "Monstre" d'où sortent les "Entrailles du Monstre", laissant finalement pointer un "Arrière-Monstre" non moins effrayant que tout le reste. Quérard insiste quant à lui sur la profonde érudition déployée par l'auteur tout au long des volumes, cependant mêlée d'incohérence.

" [...] Dieu vivant, qui lis dans le fond de mon âme ... qui connaît le but de mon ouvrage ... dont le souffle brûlant pénètre jusqu'à la moelle de mes os ... dont le sans ineffable rougit mes entrailles et m'inonde tout entier ... Être souverain, que j'invoque au lever de l'aurore, que j'invoque au coucher du soleil... j'en appelle à toi [...]" (extrait du IIIe volume).

Chassaignon pouvait-il être tout à fait lucide et conscient du plan de son ouvrage ? « Si, malgré tous mes aveux et mes protestations, écrit-il dans sa préface, on s'obstine encore à me démontrer que mon ouvrage est extravagant, et que je n'aurais jamais dû le mettre au jour, esprits froids, apathiques géomètres, m'écrierai-je, en lançant un regard de colère sur mes persécuteurs acharnés, qui n'avez jamais senti remuer votre être, tressaillir, fermenter vos facultés, qui n'avez jamais éprouvé le bouleversement d'une âme impétueuse, accablée du poids de ses idées, tourmentée par une excessive énergie et par un besoin d'explosion. Ah! si vous connaissiez les pénibles convulsions d'un enthousiasme retenu, plus indulgents, vous me plaindriez et vous applaudiriez aux débordements de mon imagination. »

« J'écris non pour les cerveaux froids, mais pour les têtes ardentes », écrit-il encore.

Voici là un livre propre a "épouvanter le public" ! (volume I). Le seconde figue est légendée "Tremble, Impie, il est un Enfer :" (visions mortuaires et infernales assaillant l'auteur). Le premier frontispice, tout aussi curieux, montre l'auteur assaillit par les Muses "Muses retirez vous, je cède à mon génie."

Curiosité dans la curiosité si l'on peut dire, les pages 205 à 215 du tome IV sont imprimées en rouge et noir. Pourquoi ? Aucune idée ... (mais c'est original).

Références : Mélançon, B. (1998). Les Cataractes de Chassaignon. Tangence, (57), 72-86 ; Caillet I, 2.255 ; Blavier, Les Fous littéraires, 79-80 ; Mathieu Brunet, L’appel du monstrueux. Pensées et poétiques du désordre en France au XVIIIe siècle, Louvain : Peeters, coll. « La république des lettres », 2008, 283 p.

Provenance : les tomes III et IV portent au verso du titre l'étiquette du Cabinet littéraire de M. Royol, rue et porte St Jacques, 159, à Paris. 

Bel exemplaire.

Jean-Marie Chassaignon. Cataractes de l'Imagination, Déluge de la Scribomanie ..

€2,500.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente