Antoine François FOURCROY

PHILOSOPHIE CHIMIQUE OU VÉRITÉS FONDAMENTALES DE LA CHIMIE MODERNE disposées dans un nouvel ordre, par A. F. Fourcroy. Seconde édition.

Paris, Dupont Imprimeur-Libraire [Dupont de Nemours], An III (1795)

1 volume in-8 (20 x 12,5 cm), de 174 pages.

Reliure demi-basane de la première moitié du XIXe siècle, dos orné, manque de cuir à l'extrémité de la coiffe supérieure, légers frottements, intérieur frais.

DEUXIÈME ÉDITION.

Signé par l'auteur au verso du titre pour authentifier l'édition.

Important ouvrage publié pour la première fois en 1792. Chimiste et homme politique français, Fourcroy (1755-1809) est né et mort à Paris. Clerc d'avoué, Antoine de Fourcroy est encouragé par Félix Vicq d'Azyr à étudier la médecine. Reçu docteur en 1780, il enseigne la chimie de 1783 à 1787 à l'École vétérinaire d'Alfort. En 1787, il publie en collaboration avec Guyton de Morveau, Lavoisier et Berthollet la Méthode de nomenclature chimique, qui révise et codifie les termes utilisés. À partir de 1784, il est professeur de chimie au Jardin du roi (sa Philosophie chimique a été traduite en onze langues). Il siège jusqu'en 1795 à la Convention et participe à la création ou à la réorganisation de nombreuses institutions (écoles de médecine et de droit, Ponts et Chaussées, Centrale, Polytechnique où il enseigne la chimie, lycées et collèges). Il fait adopter la loi sur les poids et mesures. Ses travaux scientifiques concernent l'analyse de minéraux (il montra notamment en 1804 l'identité de composition chimique de l'aragonite et de la calcite, les deux formes de carbonate de calcium), le quinquina, plusieurs composés détonants, les céréales, le tartre des dents, le lait, la bile. Parmi ses œuvres, on peut citer Recherches sur le métal des cloches, Entomologia parisiensis (1785), Éléments d'histoire naturelle et de chimie (1786), La Médecine éclairée par les sciences physiques (1791), Analyse chimique de l'eau sulfureuse d'Enghien (1788) et Traité complet des eaux minérales de France (1792). Il a inventé l'analyse immédiate. Conseiller d'État, comte d'Empire, il meurt dans l'amertume de n'avoir pas occupé le rang le plus élevé de l'Université (source Universalis).

Belle impression sortie des ateliers de Dupont de Nemours.

Références : "Fourcroy eut le mérite incontestable d'avoir, par ses ouvrages et par son enseignement, contribué plus qu'aucun autre de ses collègues à populariser la chimie" (Hoefer, Biographie universelle) ; Hoefer (Ferdinand), Histoire de la chimie, II, 556-557. ; Duveen (Denis I.), Bibliotheca Alchemica et Chemica, p. 225.

TRÈS BON EXEMPLAIRE.

Fourcroy. Philosophie Chimique (1795). Seconde édition. Signé par l'auteur.

€300.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente