Edmond HARAUCOURT.

[MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNÉ]. LE PALAIS D'AMOUR.

s.d. (1911 / 1912 ?)

8 feuillets 30 x 19,5 cm (écriture au recto seulement à l'exception d'un paragraphe rayé au veso du feuillet 4). Nombreuses ratures et corrections. Bien lisible. Bon état.

Ce manuscrit constitue la version corrigée, très proche de la version imprimée, du vingtième chapitre du roman Dieudonatpublié en 1912 (E. Flammarion). Le titre définitif de ce chapitre est : Il multiplie avec excès les dons gracieux de sa personne. Notre manuscrit est titré Le Palais d'amour (initialement La Maison d'amour - rayé).

"Dieudonat, prince au pays des légendes, a reçu du diable la faveur de voir ici-bas tous ses vœux irrévocablement exaucés : don diabolique en effet, par la vertu duquel ce bon jeune homme, avec les meilleures intentions du monde, distribue autour de lui une ample moisson de misères et de calamités. Morale : il est plus difficile de réaliser le bien que de le vouloir. [...]."(Revue Critique des Livres Nouveaux).



Précisément, dans ce chapitre XX, Dieudonat fait vœux des joies de l'amour et du sexe :

"Or, en jouant ainsi à étiqueter des femmes, Dieudonat oubliait trop (que ses désirs valaient des ordres) qu'il était l'homme dont tous les voeux se réalisent : soixante-trois amantes revinrent à leurs sièges, férues de contagion, et parfaitement décidées à ne plus voir qu'un homme sur la terre, lui ! [...] - A la bonne heure ! Voilà un pays où l'on s'aime ! J'y fixerai ma résidence : les moeurs sont douces et les âmes bénévoles. [...] (les plaisirs se succèdent ... en nombre ... et puis ce qui devait arriver arriva ...) [...] Elles sont trop, et je n'ai pas le temps de les aimer : elles viennent trop vite, et je n'ai pas le loisir de les appeler. Elles concentrent sur moi des voeux que j'éparpille sur elles. Pendant que je les oublie après les avoir entrevues, elles m'attendent, accumulant du désir et thésaurisant de l'espoir [...] et de conclure : "Belles filles, allez dormir ; tout bonheur est dans l'idée." (extrait)

Ce sympathique roman utopique à la manière d'un Gulliver de Swift, fait parcourir le monde en tous sens à son héro malheureux doté du plus grand bonheur, celui de tout pouvoir ce qu'il veut. Roman philosophique certes éloigné de la Légende des Sexes du jeune poète libertin Edmond Haraucourt (1882), dont nous avons ici un des chapitres autographes des plus croustillants.

Edmond Haraucourt (1856-1941) commence sa carrière d'auteur par la publication d'un recueil sulfureux pour son temps, La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, paru en 1882 sous le pseudonyme de Sire de Chambley, et contenant le « Sonnet pointu » qui préfigure les calligrammes de Guillaume Apollinaire. Il est conservateur du musée du Trocadéro à Paris de 1894 à 1903 et du musée de Cluny dans la même ville de 1903 à 1925. Il fait partie des Hydropathes et collabore à La Jeune France. Il est président de la Société des gens de lettres de 1920 à 1922.

On doit à Haraucourt ce vers devenu célèbre : Partir, c'est mourir un peu

On pourrait lui reprocher de s'être par trop assagi avec les années ... mais une place de conservateur de musée bien installé vaut bien une messe ... Mais son talent de poète et de conteur est indéniable.

CHAPITRE COMPLET AUTOGRAPHE.

Edmond Haraucourt. Manuscrit autographe signé. Le Palais d'amour (1912)

€550.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente