Charles Lucas.

Du Système Pénitentiaire en Europe et aux Etats-Unis ; ouvrage dédié aux chambres, précédé d'une pétition qui leur est adressée, et orné de plusieurs plans de prisons et tableaux statistiques, par M. Charles Lucas, avocat à la cour royale de Paris, auteur de l'ouvrage sur le système pénal et le système répressif en général et sur la peine de mort en particulier, couronné à Genève et à Paris.

Paris, Bossange et Béchet, 1828

Paris, Dehay et Veuve Charles-Béchet, 1830

2 volumes in-8 (20,5 x 13 cm) de XII-CXV-337-(1) et XV-448 pages. En outre le premier volume contient 5 planches dépliantes et 2 tableaux statistiques dépliants ; le deuxième volume contient 3 planches dépliantes. Soit un total de 8 planches dépliantes, 2 tableaux statistiques dépliants (et plusieurs tableaux statistiques dans le texte). Un troisième volume intitulé Conclusion Générale servant de pétition a paru séparément en 1830 (nous ne l'avons pas ici). 

Reliure de l'époque demi-cuir de Russie vert, dos lisses avec filets dorés. Pièces de titre de maroquin vert sombre (refaites). Dos uniformément passés. Quelques frottements aux coiffes. Intérieur frais avec quelques rousseurs sans gravité.

Edition originale.

Charles Lucas (1803-1889) est considéré comme le père de la science pénitentiaire en France et l'inspirateur de la réforme des prisons au XIXe siècle. Il fut en outre un farouche partisan de l'abolition de la peine de mort et un opposant déclaré aux politiques de transportation et de relégation pénales dans les bagnes des colonies. C'est à l'âge de 25 ans qu'il publie le premier volume de cet important ouvrage. Au lendemain de la Révolution de Juillet, il est nommé Inspecteur général des prisons (1830- 1865). En 1836, il est président du Conseil (organisé par lui) des inspecteurs généraux des prisons, en 1853, président du Conseil des inspecteurs généraux des services administratifs au ministère de l’Intérieur. En 1865, Charles Lucas, atteint de cécité, cesse son activité professionnelle. Il continue néanmoins à suivre activement l’évolution des institutions pénitentiaires, rédigeant brochures et articles, participant aux grands congrès pénitentiaires et aux Commissions officielles. En 1875, il est nommé au Conseil supérieur des prisons. En 1877, il est invité à présider, comme doyen de la réforme pénitentiaire, la séance d’installation de la Société générale des prisons : il y présenta, dans un remarquable résumé, le mouvement progressif de cette réforme pendant les 50 années où il la soutint. A la fin de sa vie, Lucas se tient pourtant en retrait devant les nouvelles orientations de la criminologie, et surtout devant l’anthropométrie : il dénoncera notamment la généralisation de la photographie pour ficher les détenus dans les prisons, considérant cela comme une atteinte à la dignité des personnes. Charles Lucas meurt à Paris en 1889. (source : ENAP).

« Nous ne faisons pas de la littérature pénitentiaire à l'usage des gens du monde, mais nous donnons des conseils et des solutions pratiques qui s'adressent aux hommes d'état ». Ch. Lucas.

Très bon exemplaire de cet ouvrage fondamental.

Charles Lucas. Du Système Pénitentiaire en Europe et aux Etats-Unis (1828-1930).

€950.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente