Charles Bonnet

La Palingénésie Philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des êtres vivants. Ouvrage destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur, et qui contient principalement le Précis de ses Recherches sur Christianisme. Par C. Bonnet de diverses Académies.

A Munster, chez Philippe Henry Perrenon, 1770

2 volumes in-12 (16,7 x 10,5 cm) de XXIV-368 et (10)-388 pages.

Reliure allemande de l'époque demi-basane à petits coins, dos ornés aux petits fers dorés, pièce de titre, plats de papier à la colle marron, doublures et gardes de papier à la colle rouge, tranches rouges. Dos un peu frottés, quelques frottements épars sur les plats et petites piqûres de vers sans importance. Intérieur frais malgré quelques rousseurs à quelques feuillets et quelques marques de lecture au crayon.

Nouvelle édition.

Édition dédiée, par le libraire Perrenon, nouvellement installé dans la ville de Münster (Prusse/Westphalie), à son Altesse Maximilien Frédéric, archevêque de Cologne, archi-chancelier du Saint Empire Romain, etc.

Paru pour la première fois l'année précédente (1769) cet ouvrage passe pour être le plus ambitieux de l'auteur.

"Charles Bonnet, naturaliste et philosophe suisse, calviniste (1720-1793) doit sa notoriété scientifique à ses éminents talents d'expérimentateur : découverte de la parthénogenèse des pucerons, étude de la physiologie des insectes et des plantes, des phénomènes d'hybridation et de régénération. La palingénésie est son dernier grand ouvrage ; il le considérait dans la continuité de ses travaux expérimentaux sur les animaux et de ses deux ouvrages antérieurs, abondamment cités par les naturalistes et psychologues du siècle : L'Essai analytique sur les facultés de l'âme (1760) et les Considérations sur les corps organisés (1761). On peut vérifier, sur l'exemple des conceptions de Bonnet, l'instabilité idéologique de l'histoire naturelle « vitaliste », au carrefour de la métaphysique créationniste et de la tentation du matérialisme, de l'observation de la croissance finalisée du vivant, des faits d'hybridation et de régénération. Bonnet - qui rejette « les explications mécaniques plus ou moins forcées » et explique « pourquoi il n'est pas matérialiste » - conclut à une préexistence de tout. S 'adressant aux « âmes sensibles », il n'estime pas impossible qu'il y ait aussi « un État futur aux animaux ». Cette conjecture d'une régénération universelle des espèces ne doit pas être confondue avec une évolution ou une modification des formes vivantes. Finalement, Bonnet extrapole de sa philosophie de la préformation et de l'échelle des vivants en faveur de la foi dans les dogmes chrétiens de la résurrection, les miracles et les témoignages de l’Évangile." (Henry Deneys, Notes de lecture, Charles Bonnet : La Palingénésie philosophique. Texte revu par Christiane Frémont. Paris, Fayard, 2002, 666 p. (Coll. « Corpus des œuvres de philosophie en Langue française ».) 

Provenance : Louise Schultz von Ascheraden (morte en 1806). D'une ancienne famille noble de Suède, soeur de Helmrich Friedrich von Ascheraden et fille de Carl Schultz von Ascheraden. Signature ex libris sur les titres.

Bel exemplaire.

Charles Bonnet. La Palingénésie Philosophique, ou Idées sur l'état passé ...

€690.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente