Charles-Joseph Bail. Etudes littéraires des classiques français, à l'usage de la jeunesse (1824). Superbe exemplaire finement relié à l'époque et parfaitement conservé.


Charles-Joseph Bail.

Etudes littéraires des classiques français, à l'usage de la jeunesse, des nationaux et des étrangers, composées d'exemples, de critiques et de réflexions propres à former le goût et le jugement, accompagnées des traits les plus caractéristiques de la vie des auteurs, du précis de leurs ouvrages, et du sommaire des chefs-d'oeuvre du théâtre ; par M. Bail, ancien inspecteur aux revues, chevalier de la Légion d'Honneur.

Paris, Alexis Eymery, 1824 [de l'imprimerie de Casimir]

1 volumes in-12 (17,7 x 10,7 cm) de XII-465-(1) et XVI-470 pages.

Reliure strictement de l'époque demi-maroquin rouge à grain long, dos lisse orné aux petits fers dorés, plats de papier rouge maroquiné à grain long, encadrement des plats d'une large roulette dorée, roulette dorée sur les coupes et en encadrement intérieur des plats, tranches citron. Reliures en excellent état de conservation, restées très fraîches. Intérieur très frais également, avec quelques rousseurs sporadiques sans conséquence.

Edition originale posthume.

Ouvrage paru l'année de la mort de l'auteur. Comme l'indique le journal philosophique et littéraire Le Globe pour l'année 1824, cet ouvrage fut son dernier effort. "Tous les livres de cet estimable écrivain ont eu pour but l'utilité." Ces deux volumes d'Etudes littéraires à l'usage de la jeunesse sont décrits comme de modestes études où l'auteur n'a eu en vue que de répandre et de propager l'instruction. "Il ne faut pas chercher en ce livre des vues profondes ou une explication philosophique de nos chefs-d'oeuvre : c'est un simple traité élémentaire, et l'auteur a su se tenir toujours à la portée des jeunes esprits auxquels il s'adressait. Beaucoup de goût dans le choix des exemples, des aperçus ingénieux, une critique éclairée, voilà les mérites qu'il fallait à son livre : les leçons sont données dans prétention ; l'auteur s'abandonne quelquefois, conte une anecdote qui distrait en instruisant ; avec moins de force et d'étendue, il y a quelque chose de M. Andrieux dans son cours improvisé au collège de France. Cet ouvrage est le fruit de tristes loisirs et de mauvais jours, pour servir l'expression de l'auteur. M. Bail s'était attiré des ennuis en publiant en 1815 une brochure contre un écrit de M. de Chateaubriand (Rêveries de M. de Chateaubriand, ou Examen critique d'un libelle intitulé : De Buonaparte et des Bourbons (1815). Il fut, en punition, réformé sans traitement après vingt années de services. Selon le commentateur du Globe, Chateaubriand aurait réparé l'outrage qu'on lui avait fait.

Superbe exemplaire, très élégamment relié à l'époque et d'une rare fraîcheur.

C.-J. Bail. Etudes littéraires des classiques français, à l'usage de la jeunesse

€595.00Prix
    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente