Albert Robida.

Le Vingtième Siècle [avec La Vie Electrique]. Textes et dessins par A. Robida.

Paris, Librairie illustrée, Montgredien et Cie, s.d. (1893). [de l'imprimerie de Ed. Crété à Corbeil.]

1 fort volume in-8 (26 x 18 cm) de (3)-640 pages. Très nombreuses illustrations en noir dans le texte (275) et planches hors-texte en camaïeu ou aquarellées au pochoir.

Cartonnage éditeur signé Engel rel(ieur). Le décor se prolonge sur les deux plats et le dos du volume, gardes de papier bleu, tranches dorées. Reliure restée très fraîche. Légères traces et usures sans aucune gravité (voir photos). Intérieur frais, sans rousseurs, imprimé sur papier crème. Complet.

Troisième édition de format réduit in-8 par rapport à l'originale grand in-8 parue en volume chez Decaux en 1883 (et la parution en livraisons dans la Caricature quelques mois auparavant).

Cette nouvelle édition contient à partir de la page 403 "La Vie électrique" (1890) en plus du "Vingtième Siècle".

Cette édition portative est peu commune, surtout dans son cartonnage éditeur historié très bien conservé.
 

« Robida a su le premier montrer un avenir où toutes les innovations techniques, aussi folles aient-elles pu apparaître à ses contemporains, sont parfaitement intégrées, et utilisées par tout le monde, naturelles en un mot, bref, une civilisation future. Sans avoir les connaissances et les aides scientifiques de Verne, en se fiant à sa fantaisie et à son intuition, il est le seul de tous les anticipateurs du 19e siècle et du début du 20e à avoir présenté par avance un tableau de notre présent qui ne soit pas trop éloigné de la réalité que nous vivons aujourd'hui... » in Pierre Versins. Encyclopédie de l'utopie des voyages extraordinaires et de la science fiction. Lausanne, l'Âge d'homme, 1972, article « Albert Robida ». 

"[...] contrairement aux vulgarisateurs auxquels, sans doute, il emprunte maintes idées, Robida ne raconte pas la technique. Il ne donne pas, ou presque pas, de détails techniques permettant de comprendre comment fonctionne tel ou tel appareil (et pour qui a parcouru, ne serait-ce que rapidement, les ouvrages de vulgarisation, il est évident qu'un souci de précision guide des auteurs qui, avec une minutie digne de l'entomologiste, décrivent les moindres rouages de l'appareil pour en expliquer son fonctionnement ), il en fait un dessin. Il s'autorise ainsi l'économie d'un récit technique dont on le sent, par ailleurs, fort lointain... [...] Le dessin ne se contente pas de redoubler le texte, il en est, dans les marges, un élément constitutif. Or, si la trame romanesque reste relativement faible — et là, pourrait-on dire, n'est point le propos de Robida — et si le récit de la technique est renvoyé aux dessins, Robida concentre son attention sur l'usage. Contrairement, encore une fois, aux auteurs de vulgarisation scientifique et technique qui n'accordent aux usages qu'une place relativement limitée, Robida ne se fait pas le chroniqueur du « Progrès » technique. Il ne s'efface pas derrière le discours savant de l'ingénieur. Il se place du côté de ce que nous appellerions le consommateur. Si des techniques en elles-mêmes il ne dit que peu de choses, en revanche sur leurs usages, sur leur pénétration dans le social, sur leur réception, il nous dit beaucoup, involontaire sociologue, sans doute ..."  Patrice Carré, Albert Robida maître de l'anticipation, en ligne http://www.robida.info

Bel exemplaire de ce tirage peu commun dans son joli cartonnage historié.

Albert Robida. Le Vingtième Siècle (avec La Vie électrique). 1893. Cartonnage

    • Grey Facebook Icon
    • Grey Twitter Icon
    • Instagram Social Icon

    ​En commandant sur ce site vous reconnaissez avoir lu, compris et accepté les Mentions légales et Conditions générales de vente